Hommages en série, une idée de Fabienne Cabado

Le bonheur, c’est comme le sucre à la crème : quand on en veut, on s’en fait ! L’idée m’est venue d’adapter ce proverbe québécois à la reconnaissance des danseurs et des danseuses au sortir des délibérations du jury du premier Prix du RQD – Interprète, petit nouveau dans la liste grandissante des Prix de la danse de Montréal.

Si Carol Prieur s’est imposée comme une évidence, elle est loin d’être la seule que nous aurions aimé pouvoir mettre en lumière. Alors, pour ne pas avoir à attendre décembre 2015 pour honorer le talent d’un autre artiste, j’ai pensé à une chaine d’hommages que les interprètes pourraient se rendre entre eux dans ce blogue que Catherine a créé pour leur donner plus de poids.

Le principe est simple : la personne à qui l’hommage est rendu se charge d’écrire un nouveau billet sur quelqu’un qu’elle admire qui, à son tour, écrira sur l’interprète de son choix et ainsi de suite. Je m’offre comme ressource pour les questions de rédaction à tous les auteurs qui le souhaiteront.

C’est Manuel Roque qui brise la glace. Et il ouvre grand la voie des possibles avec une fiction poétique en hommage à la Carol Prieur des coulisses et des intimes. On pourra aussi bientôt lire Marc Boivin qui dédouble le point de départ de cette chaîne qu’on espère longue et bien solide. Lisez ces billets et faites-les circuler. Se donner de la voix, c’est se donner du poids.

Fabienne Cabado

 

Une fiction pour Carol

Par Manuel Roque

En l’an 2173, on retrouve Carol Prieur sur une île en plein cœur de l’océan Pacifique. Elle fait partie d’une communauté autonome et écoresponsable au sein de laquelle mutants organiques et cyborgs cohabitent sur des bases d’égalité entre les individus et de mise en commun des ressources.

Carol est l’une des premières femmes bicentenaires de l’espèce humaine. Elle a vécu trois mutations avant de devenir l’unique spécimen d’une forme singulière d’hermaphrodisme autoreproductrice, a mis au monde ou adopté 52 enfants et se passionne depuis peu pour le développement d’un mode de communication complexe et sensible avec une espèce rare d’algues subaquatiques. Elle se nourrit essentiellement de plancton, de poissons séchés au soleil, de purée de bananes et de graines germées. Elle cultive également du thé vert – qu’elle consomme en quantités astronomiques. Son sourire légendaire la rend très populaire auprès des habitants de l’île qui en font tous leur confidente.

Malgré son âge vénérable, Carol danse encore et se produit régulièrement lors de soirées où chacun est invité à partager ses talents. Le soir de son 205e anniversaire, après les festivités, elle est seule dans sa hutte. Elle ouvre une boite renfermant des souvenirs de sa longue carrière de danseuse et y retrouve un billet écrit par un admirateur pour souligner un hommage qu’elle a reçu en l’an 2014.

Carol

femme, homme, enfant

                animale humanoïde transgenre

                trangresse          le rigide

                transfigure

                transforme        la nuit des théâtres en éruption solaire

                transhumance sacrée pour témoin privilégié

 

pour toi je simule plus d’une centaine d’arrêt cardiaque

inlassable, tu me ramènes aux portes

                d’un univers parallèle

                où une foi lumineuse

                en l’existence

                en l’Amour pur

                s’articule dans un murmure

 

                Carol

                la sirène pyromane

                tu ondules tes cellules

                et la magie

souveraine

s’engouffre

dans un vertige

Après avoir relu le billet, Carol le replie puis le glisse dans une balloune rose fluo biodégradable qu’elle gonfle en souriant. Elle y ajoute un rire hélium et, d’un vif coup de poignet, l’envoie flotter au dessus de l’océan.

5 réflexions sur “Hommages en série, une idée de Fabienne Cabado

  1. magnifique…une fiction poétique grandeur Gaston Miron …Merci Manu et Bravo Carol!!

  2. Helene Langevin dit :

    Belle poésie Manu!

  3. Mélissandre Tremblay-Bourassa dit :

    Quelle merveilleuse idée!!! J’espère que la chaîne se rendra jusqu’à moi, pas parce que je crois mériter d’y être comme interprète, mais bien parce que j’aimerais écrire sur ces danseurs qui me touchent!

    • Mélissandre, même si la chaine ne se rend pas à toi, tu peux en tout temps prendre la plume et m’envoyer ton texte. Ça me fera plaisir de le publier. Tu pourrais même partir une troisième ligne de feu en parallèle avec Manu et Marc Boivin!

  4. Paule Beaudry dit :

    Quelle belle idée Fabienne et à lire ce premier signé Manuel Roque, je suis impatiente de voir la suite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :