Tournée au Canada

La vie de la blogueuse n’est pas de tout repos. Quoi dire, quoi taire? Comment faire changer les choses sans dire publiquement ce qu’il en est? Est-il possible de critiquer sans blesser, sans contribuer à démoraliser les troupes? Difficiles questionnements qui me reviennent constamment en tête, en coeur. Ce texte est une appréciation des théâtres qui nous reçoivent en tournée pendant le mois de mars. Il est né de ma recherche initiale sur les sites Internet qui publicisaient la venue de Fragments volume 1. J’ai découvert avec stupéfaction que les noms des danseurs n’étaient pas mentionnés sur les sites canadiens, alors qu’ils l’étaient sur les sites français. Je m’apprêtais à lancer un prix citron bien senti à tout le Canada anglais, mais je connais mon emportement, et j’ai attendu. J’ai vu alors que dans chaque ville, les noms des danseurs étaient spécifiés dans toute la publicité. Mon texte n’avait plus vraiment lieu d’être. Par contre, d’autres situations, faits, détails ont attiré mon attention et je me suis sentie l’envie de les partager avec mes lecteurs. Ce texte explique donc les aléas, les irritants, les intérêts d’une tournée vécue par le danseur. Il survole le lien entre le danseur et le diffuseur. À aucun moment dans les lignes que vous lirez, le travail de  Sylvain Émard ou de Maya Daoud n’est remis en question. Préparer une tournée d’un mois présente des milliers d’heures de travail. Et ce travail est fait avec acharnement, générosité et diligence. Je les remercie d’ailleurs de me laisser m’exprimer et les assure de mon amitié et de mon respect les plus sincères.

TORONTO – Enwave Theater

La promo

  • Sur le flyer, on peu lire les noms de tout le monde, mais ma photo n’est pas identifiée. Le design est laid à pleurer. Comme l’a commenté en riant un membre de notre équipe : « On dirait qu’ils ont fait ça avec Word 1992, même moi je ferais mieux! ». Puisque c’est de la danse contemporaine, ça serait une bonne idée que le design le reflète…
  •  Le site Internet : Les noms des danseurs n’y figurent pas. Ma photo n’est pas identifiée, mais le nom du photographe est présent.
  • Le programme : Exhaustif, avec bios de tous.

Le théâtre

Les loges, la salle sont très correctes. Par contre, l’équipe technique est une des pires que j’aie rencontrée. Pas d’accès à la scène avant 18h, pas d’éclairage adéquat sur scène avant l’échauffement, ils ont rendu le travail très ardu pour notre équipe qui n’avaient pas le droit de toucher à quoi que ce soit. Les coulisses étaient mal entretenues, pas de serviettes dans les loges. Le soir du spectacle, il a fallu leur demander d’éteindre le hockey et l’imbuvable Don Cherry en coulisse à 5 minutes du début du spectacle. Inacceptable.

Le producteur

Le contact des danseurs avec les directeurs du théâtre a été minimal. À peine un timide bonjour et bravo pendant la réception à la suite du spectacle.

On y retourne? Bof, le moins possible à cause de l’équipe technique très peu professionnelle.

EDMONTON – Timms Center for the Arts

La promo

  • Sur le site de la Brian Webb Danse Company et sur celui de Tix on the Square, n’apparaissent pas les noms des danseurs, mais on y trouve une phrase écrite par Paula Citron : “At the heart of every dance by Sylvain Émard is the dancer”. Notez l’ironie…
  • Le programme est très détaillé, les bios de chaque artiste y apparaissent. Tous les noms sont sur le flyer et chacun est bien identifié.

Le théâtre

Contraste extraordinaire avec Toronto, l’équipe technique est affable, professionnelle, allant au-delà des attentes de tous. Les artistes et la compagnie sont traités avec respect, on s’y sent chez soi, bienvenu, apprécié. Les loges et les coulisses sont impeccables, les serviettes moelleuses et lavées chaque jour. Le plancher de la scène est par contre très dur et le tapis de danse a besoin d’être changé: ça glisse!

Le producteur

Brian Webb aime les artistes et ça se sent. Chaque soir avant la représentation il vient nous saluer pendant notre échauffement. Il connait nos noms, il nous accueille avec chaleur et nous pose des questions sur nos parcours respectifs. À la dernière nous avons même eu le plaisir d’aller manger chez lui.

Le petit plus

Lin Snelling, danseuse et improvisatrice qui enseigne au Drama Department de la Alberta University m’a directement invité à enseigner à ses étudiants. C’est un réel plaisir de les avoir côtoyés.

On y retourne? Oui, sans hésiter!

VANCOUVER – Firehall Art Center

La promo

  • Le site du Firehall n’indique le nom d’aucun danseur ni collaborateur. Le nom du photographe est absent et les danseurs sont non-identifiés sur la photo. La fameuse phrase de Paula Citron trône encore sur la page dédiée à Fragments vol.1…
  • Les danseurs sont nommés et clairement identifiés sur le flyer et les posters.

Le théâtre

Dé-gueu-lasse. On se demande ce qui grouille dans le tapis des loges du haut. Pas de lavabo, pas de douches, des lampes à moitiés brûlées. Des morceaux de verres en coulisse, une salle mal équipée, poussiéreuse, un plancher en béton, un tapis de danse comme une patinoire, des rideaux lamentables. Et malgré tout, de manière surprenante, c’est l’endroit où le spectacle est le plus beau visuellement jusqu’à maintenant…

Le producteur

Encore une fois, un timide bonjour et bravo après le spectacle, sans présentation officielle. Je me demande parfois si les danseurs font peur ou simplement si on les salue par politesse, parce que dans les faits, la relation est exclusivement développée avec le chorégraphe. Pourtant, quand le producteur vient nous serrer la main avant le spectacle et nous exprime son plaisir de nous recevoir, ça change réellement la donne. On réalise soudainement qu’on vit toujours sans recevoir aucun encouragement à part celui de notre propre équipe. Mais quand ce producteur inconnu nous assure de son plaisir à nous recevoir, quand il laisse transparaître son bonheur de voir le show « en vrai » parce qu’il ne l’a vu que sur DVD, ça fait chaud au cœur.

Le petit plus

Des spectateurs enthousiastes, une salle chaleureuse et généreuse, la proximité des artistes avec le public.

On y retourne? Oui, mais seulement quand ça sera rénové!

5 réflexions sur “Tournée au Canada

  1. roger hobden dit :

    À quand la revue des théâtres de Montreal ? : P

  2. Lys Stevens dit :

    It stings, but we need this honesty in the contemporary dance community!

  3. Merci pour dire les choses exactement comme elles sont!

  4. Mélissandre Tremblay-Bourassa dit :

    Les conditions idéales n’existent pas, on dirait. À chacun d’établir ses limites pour définir ce qui est acceptable ou ce qui ne passe pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :